Soreal Care, l’adaptation d’une industrie agroalimentaire  pour servir le marché de l’hygiène

Pouvez-vous vous présenter ? 

Je suis Alain Tanguy, le directeur Développement Industriel de l’entreprise Soreal, une PME bretonne qui conçoit, fabrique et conditionne des sauces innovantes, conditionnées dans une large gamme de contenants (de 4 gr à 6 kg). Ces sauces sont destinées au marché des professionnels de la restauration et à l’industrie agroalimentaire, en France et à l’export. Plus récemment, Soreal s’est spécialisé dans une activité de conditionnement de gel hydroalcoolique, dans une gamme de contenants allant de 3ml à 250L.

Quand et comment est née l’activité Hygiène chez Soreal ?

Le vendredi 27 mars 2020 marque un tournant dans l’activité de SOREAL. Pour la première fois et en pleine crise sanitaire, notre entreprise redémarre, avec la mobilisation de nos collaborateurs, une ligne de conditionnement, qui était à l’arrêt du fait de la fermeture des restaurants, pour remplir des flacons de solution hydroalcoolique. 

Fort de notre expérience en conditionnement, nous avons été sollicités pour faire face à un besoin urgent des hôpitaux publics en solution hydroalcoolique. Soreal a pu répondre à cette demande grâce à l’arrêté du 13 mars 2020 qui autorise la mise à disposition sur le marché et l’utilisation temporaire de certains produits hydroalcooliques, comme la solution hydroalcoolique. Soreal a aussi répondu à des besoins de l’armée et d’autres entreprises privées. 

Soreal était donc véritablement mobilisé pour aider et pallier cette pénurie de produits hydroalcooliques qui existaient sur le marché courant Mars. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur cet élan de solidarité ? 

La solidarité était vraiment présente dans notre entreprise et à l’extérieur. Même si le début de la crise sanitaire bousculait beaucoup de choses, c’était une belle période à vivre humainement, au sein de nos équipes et en travaillant aussi avec nos fournisseurs, nos partenaires. Le personnel était fier de participer à cette mobilisation et rassuré de maintenir une activité. La crise sanitaire a surpris tout le monde. Il fallait réagir vite, s’adapter. La célérité dans les prises de décisions pour démarrer cette activité en interne était remarquable. 

Quelles ont été les adaptations nécessaires au sein de la société ? 

Nos équipes, R&D, Production, Maintenance, Qualité, Marketing, Commerce se sont très bien adaptées et ont vite intégré cette nouvelle activité. C’était important pour nous de maintenir une activité et surtout de s’assurer de la sécurité du personnel. 

Nos techniciens ont donc adapté une ligne de conditionnement, qui était à l’arrêt. Le personnel a été formé pour travailler en zone ATEX. Concernant la supply chain et le transport, notre partenaire logisticien était déjà préparé aux transports de matières dangereuses. Notre personnel a reçu les formations ad hoc relative à la sécurité du personnel, au transport, et autres réglementations.

Concernant l’étiquetage des produits, nous avons fait appel à des consultants spécialisés. 

Le gel hydroalcoolique de notre fournisseur Socomore est conforme aux recommandations de l’OMS et respecte la norme EN1446.

Pour une industrie agroalimentaire, cette nouvelle branche hygiène représentait-elle un réel défi ? Avez-vous rencontré des difficultés ?

Ca aurait pu l’être pour une entreprise agro-alimentaire. Mais nous n’avons pas rencontré de grandes difficultés. Grâce à l’accompagnement, la collaboration et l’expertise de chacun (notre personnel, nos fournisseurs, et d’autres partenaires en conseil santé-sécurité), nous avons pu entreprendre et aider des acteurs de la santé, en toute sérénité, en respectant scrupuleusement toutes les normes requises. 

Quelle est votre situation aujourd’hui sur cette nouvelle activité ? Quelle est votre capacité de production ?

Aujourd’hui, nous avons une marque dédiée à l’hygiène pour les mains, Soreal Care. 

Trois lignes de conditionnement sont opérationnelles. La gamme que l’on a décidé de mettre en place, à l’image de notre expertise agroalimentaire, se concentre sur le format individuel. Nous voulons rendre accessible le gel hydroalcoolique dans des formats pratiques et individuels, que l’on ne voit pas partout sur le marché. 

Notre capacité de production est de 30 000 L de gels hydroalcooliques par semaine.  

Quels sont vos engagements ? 

Notre mission est de protéger et servir en premier lieu les métiers de la restauration et tous les autres serveurs d’activité. 

Prêts à l’emploi sans dilution, nos produits sont virucides (EN 14476), bactéricides (EN 1276, EN 13727), fongicides (EN 13624) et levuricides (EN 13624), y compris contre le Covid-19. Il est important de rappeler qu’il y a de l’offre abondante sur le marché du gel hydroalcoolique et que celle-ci n’est pas toujours de qualité. 73% des gels hydroalcooliques testés par la répression des fraudes sont « non conformes ».

Aussi, le choix s’est orienté vers de l’éthanol de qualité provenant de betteraves qui ont la particularité d’avoir une odeur moins forte. 

Les formules que l’on a développées avec notre fournisseur-partenaire Socomore sont validées par les services de pharmacies des hôpitaux publics de France. 

Pour notre dose de gel hydroalcoolique 3ml, nous nous sommes orientés vers un emballage recyclable en filière papier / carton (norme EN13430). 

Tous les produits Soreal Care sont issus d’une fabrication 100% Française (et bretonne), avec une gamme qui est en phase avec nos engagements durables. 

Quelles sont les perspectives à venir concernant Soreal Care ? 

Nous avons choisi de pérenniser et de s’inscrire en activité biocide. Nous allons donc continuer de développer la présence de Soreal Care. 

Nous venons récemment de mettre en ligne un site dédié à la marque Soreal Care, où les professionnels peuvent commander directement en ligne. : https://www.soreal-care.fr/

Nous serons également présents au salon d’EFI Santé le Jeudi 8 Avril 2021.